Les perspectives thérapeutiques (1,2)



La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire auto-immune chronique qui peut avoir des conséquences importantes sur votre vie quotidienne. La connaissance de la maladie et sa prise en charge ont évolué ces dernières années : (1,2)

  • Une prise en charge précoce.
  • La décision partagée : une implication plus importante du patient dans la prise en charge (avec une définition commune entre le patient et son médecin des objectifs à atteindre et la prise en compte du ressenti du patient).
  • L’objectif d’atteindre un faible niveau d’activité de la maladie, voire une rémission.
  • L’arsenal thérapeutique à disposition des équipes soignantes.
  • La diminution du nombre de chirurgies (arthroplasties).


Les traitements (1,2)


Votre équipe médicale adaptera la prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde de façon personnalisée en fonction du stade de votre
maladie.(2)

L’objectif des traitements de la polyarthrite rhumatoïde est d’atteindre la rémission (c’est-à-dire l’absence de symptôme ou signe d’inflammation) ou, au minimum, de maintenir une faible activité de la maladie (1,2) :

  • Soulager la douleur
  • Réduire les poussées
  • Limiter les lésions articulaires
  • Favoriser une vie sociale et professionnelle normale.

Une prise en charge précoce et bien suivie pourrait permettre de ralentir et de mieux contrôler l’évolution de la maladie. (2)



Les différents types de médicaments

 

Il existe 2 types de traitements médicamenteux : (2)

 

Ils ont pour objectif de traiter les poussées et réduire les symptômes (tels que la douleur). Ce sont des traitements à court terme, parmi lesquels on retrouve les antalgiques, les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) et les corticoïdes.

Ils ont pour objectif de contrôler la maladie et prévenir sa progression sur le long terme.


Pour toute question, n’hésitez pas à contacter votre médecin.

Il existe différents types de traitements de fond de la polyarthrite rhumatoïde (1-4)

Voie orale

Voie injectable

  • Médicaments synthétiques (issus de la chimie). (3)
  • Traitements qui agissent sur l'activité du système immunitaire (traitements immunosuppresseurs). (2) 

Voie injectable

  • Médicaments biologiques ou biothérapies (c’est-à-dire produits à partir d’organismes vivants comme des bactéries). (4)
  • Anti-TNFα (anti-TNF alpha) : effet immunosuppresseur par blocage d’une molécule inflammatoire appelée TNFα, produite en excès dans les rhumatismes inflammatoires et en partie responsable des lésions articulaires. (3)
  • Anti-interleukines : action sur des molécules messagères du système immunitaire appelées interleukines, intervenant dans l’inflammation liée à la maladie. (3)
  • Anti-lymphocytaires : blocage des signaux de communication des lymphocytes B ou T, des cellules de l’immunité responsables des réactions inflammatoires. (3)

Voie orale

  • Médicaments synthétiques (issus de la chimie). (3)
  • Inhibiteurs de JAK (janus kinase) : thérapie ciblée réduisant l’activité d’une enzyme appelée janus kinase pour diminuer l’inflammation. (3)

Quel que soit le traitement qui vous est proposé, il est essentiel de respecter le rythme des consultations et des examens programmés par votre rhumatologue et/ou votre médecin traitant.
Veuillez autant que possible à bien suivre les prescriptions médicamenteuses et n’interrompez pas votre traitement sans en avoir parlé à votre médecin traitant.

Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le portail de signalement des évènements sanitaires indésirables du ministère chargé de la santé : https://signalement.social-sante.gouv.fr.
Pour plus d’information, consultez la rubrique « Déclarer un effet indésirable » sur le site Internet de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) : https://ansm.sante.fr. En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage d’informations sur la sécurité du médicament.



La prise en charge non médicamenteuse


La prise en charge non médicamenteuse ne se substitue pas à votre traitement mais participe à la prise en charge globale de votre maladie. Elle doit être mise en place dès que possible. (1)

 Différentes prises en charge non médicamenteuses sont possibles en cas de polyarthrite rhumatoïde

Rééducation globale, qui concerne toutes les articulations, éventuellement associée à des massages contre les douleurs ou les contractures. (5)

Apprentissage des bons gestes pour la prévention de la déformation des articulations (adaptation du geste, utilisation d’ustensiles). Aménagement du domicile et de l’environnement (accessibilité de la cuisine et des sanitaires, moyens de déplacement au domicile et au niveau du poste de travail). (2)

Appareillage destiné à mettre au repos une articulation douloureuse (orthèses de repos) ou pour protéger une articulation fragile (orthèses dynamiques). Les orthèses peuvent être achetées ou réalisées sur mesure par l’ergothérapeute sur prescription médicale. (6)

Confection de semelles orthopédiques (appelées également orthèses plantaires). Réalisées par un podologue en fonction des atteintes du pied, elles permettent de soulager les douleurs des orteils à la marche. (6)


Appliquez au quotidien les bons gestes pour soulager et protéger vos articulations que votre kinésithérapeute, votre ergothérapeute ou votre médecin vous auront expliqué en complément de la prise en charge médicamenteuse.

Dans certains cas, une chirurgie peut être discutée lorsqu’une articulation reste douloureuse malgré les traitements. Elle a pour objectif de diminuer les douleurs au niveau des articulations, et dans certains cas rétablir la fonction de l’articulation. (7)



Les bonnes habitudes


Prendre certaines bonnes habitudes au quotidien peut vous aider à mieux vivre avec une polyarthrite rhumatoïde.

J’arrête de fumer (1,2)

L’arrêt du tabac pourrait diminuer l’activité de la maladie et permettrait d’avoir une meilleure réponse au traitement.
Si vous fumez, l’arrêt du tabac est conseillé et fait partie intégrante de la prise en charge de votre maladie. Une aide médicale au sevrage peut être proposée. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.


Je mange équilibré (8)

La nutrition fait partie intégrante de la prise en charge de la maladie. Il faut privilégier une alimentation équilibrée car elle pourrait contribuer à contrôler l’activité de la maladie. (2)
En cas de surpoids ou d’obésité, un accompagnement vers une perte de poids pourra vous être proposé.


Je bouge

L’activité physique peut contribuer à l’amélioration de la souplesse et lutter contre l’enraidissement. Elle a aussi un effet bénéfique sur les douleurs, la qualité de vie et le moral. (1,9)

L’activité physique doit tenir compte des capacités de chacun. Des périodes de repos sont aussi importantes, en particulier lors des poussées. Elle peut être encadrée par un kinésithérapeute, afin de trouver un rythme adapté. (9, 10)




  1. Daien C et al. Actualisation des Recommandations de la Société française de rhumatologie pour la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Rev Rhum. 2019;86:8-24
  2. Ameli. Polyarthrite rhumatoïde. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/polyarthrite-rhumatoide/comprendrepolyarthriterhu­matoide#­­:~:text=La%20polyarthrite%20rhumato%C3%AFde%­20est%20une­,pour%20­qu'elle%20se%20d%C3%A9clenche (consulté le 01/06/22)
  3. Radu AF, Bungau SG. Management of Rheumatoid Arthritis: An Overview. Cells. 2021;10:2857
  4. Ameli. Tout savoir sur les biothérapies. https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/biotherapies/tout-savoir-sur-les-biotherapies (consulté le 15/06/2022)
  5. SFR (Société Française de Rhumatologie). La rééducation et réadaptation fonctionnelle en rhumathologie. https://public.larhumatologie.fr/la-reeducation-et-readaptationfonctionnelle-en-rhumatologie(consulté le 28/09/22)
  6. SFR (Société Française de Rhumatologie). Une orthèse : pour quoi faire ? https://public.larhumatologie.fr/print/137 (consulté le 01/06/22)
  7. SFR (Société Française de Rhumatologie). La chirurgie des articulations. https://public.larhumatologie.fr/print/132 (consulté le 01/06/22)
  8. Daien C et al. Recommandations de la Société française de rhumatologie sur l’alimentation des patients ayant un rhumatisme inflammatoire chronique. Rev Rhum. 2022;89:116-27
  9. SFR (Société Française de Rhumatologie). Polyarthrite rhumatoïde. https://public.larhumatologie.fr/grandes-maladies/polyarthrite-rhumato%C3%AFde (consulté le 01/06/22)
  10. Andar. www.polyarthrite-andar.com/La-PR (consulté le 01/06/22)

FR-IMMR-220101 - 02/2024