Icone retour accueil
DOSSIER : Quotidien

Activité physique et spondyloarthrite axiale

Les bienfaits de l’activité physique

Il est recommandé à tout le monde de pratiquer une activité physique régulièrement mais cela devient essentiel quand on est atteint de spondyloarthrite axiale. Une activité physique permet de conserver votre mobilité, d’améliorer votre posture, de soulager vos douleurs, d’améliorer votre sommeil et de maintenir votre poids idéal… L’activité physique améliore également votre santé cardiovasculaire et votre capacité pulmonaire, toutes deux souvent affectées par la spondyloarthrite axiale. Enfin, elle est également un moyen efficace de retrouver confiance en soi, d’être plus positif et de mieux vivre sa maladie. (1)

Toutefois, avant de commencer une pratique physique régulière, consultez votre médecin. Certaines activités sont déconseillées dans le cadre d’un rhumatisme inflammatoire ; vous pourrez ainsi être sûr(e) qu’il est bien adapté à votre cas et qu’il vous sera bénéfique. De plus, le professionnel de santé connaît des mouvements spécifiquement adaptés à la spondyloarthrite axiale ou spondylarthrite ankylosante et pourra vous donner des conseils. Si vous optez pour la salle de sport, évoquez votre spondyloarthrite (et en quoi elle vous affecte) avec votre coach.

Moins de stress

Pratiquer une activité physique réduit le stress, vous aide à mieux affronter les multiples pressions qu’impliquent une spondyloarthrite axiale ou spondylarthrite ankylosante, améliore votre qualité de vie et dynamise votre propre estime.(1,2) Le bon air sera des plus bénéfiques pour soulager votre stress. Pourquoi ne pas vous promener tous les jours dans le parc de votre quartier ? Si vous préférez rester près de votre domicile, vous pouvez vous adonner au jardinage ou, si vous n’avez pas de jardin, tenter les consoles de jeux dotées d’une planche fitness.

Une activité physique compatible avec la spondyloarthrite

Certaines activités physiques ayant de forts impacts sur vos articulations, comme la course à pied ou le tennis, peuvent être néfastes en cas de spondyloarthrite et engendrer des douleurs. Mieux vaut donc les éviter et adopter plutôt des activités à faible impact, qui font travailler vos articulations en douceur.(3) La non-douleur doit être au cœur de vos priorités. En cela, la natation est un très bon choix : l’eau soutient votre corps mais crée de la résistance, ce qui permet de vous muscler sans le ressentir. En y mettant un peu d’énergie, vous développerez même vos capacités pulmonaires et cardiaques. Vous êtes mauvais nageur ? Il n’est pas trop tard pour vous y mettre ! De nombreux centres sportifs proposent des cours pour adultes, renseignez-vous… et intéressez vous également aux cours d’aquagym. Il existe aussi d’autres activités propices à vos articulations, notamment le vélo ou la marche. Enfin, il est peut-être temps de dépoussiérer le golf de ses préjugés et de lui accorder une chance : marche à travers la verdure du green, maintien de la mobilité des épaules et du bassin… il a tout bon !

Moins de raideurs

Souvent, chez les personnes atteintes de spondyloarthrite axiale ou spondylarthrite ankylosante, les ligaments et tendons qui entourent l’articulation peuvent devenir rigides et inconfortables. Mais surtout provoquer des douleurs et des raideurs. Les étirements peuvent les soulager en augmentant votre amplitude de mouvement, souvent restreinte dans les activités quotidiennes : ces étirements vont agir sur les ligaments et les tendons pour éviter vos articulations, tout en douceur.

Pour soulager les raideurs matinales, essayer les étirements au saut du lit! Quelques mouvements simples peuvent suffire. Par exemple, levez les bras ou pliez les doigts aussi vite que possible jusqu’à ce que vous sentiez vos muscles se tendre, et maintenez l’étirement pendant environ 10 secondes avant de le répéter 5 à 10 fois. Vous pouvez également participer à des cours de yoga ou de tai-chi, disciplines parfaites pour étirer votre corps. (3)

2 heures d’activité physique par semaine

Dans l’idéal, il est recommandé de pratiquer une activité physique modérée pendant au moins 2 heures, chaque semaine. L’activité en question pouvant être de la danse, de la marche, voire du jardinage ou du ménage. Vous pouvez fractionner ces deux heures d’activité en plusieurs sessions, pour que cela s’intègre plus aisément dans votre quotidien et que cela soit moins contraignant pour vous. Quant aux jours où les raideurs se font ressentir et que la forme est au plus bas : ménagez-vous ! Laissez de côté l’activité physique pour vous relaxer. (1)

La clef du succès réside dans la connaissance de vos limites et la non douleur : fractionnez vos séances d’activité physique, mais surtout acceptez que certains jours seront plus difficiles et vos résultats moins performants. Ne dépassez pas vos limites, vous en souffririez inutilement. De même, sachez reconnaître le moment le plus opportun : les raideurs matinales peuvent être un frein, repoussez votre séance de quelques heures, quand vous serez au sommet de votre forme. Enfin écoutez votre corps. Si quelques douleurs minimes se font ressentir, ce sont les muscles qui travaillent, la douleur s’estompera après votre séance ; mais si ces douleurs sont intenses, cessez vos exercices et parlez-en à votre équipe soignante.

Sources :

  1. Article « Mouvement et sport » de la Société suisse de la spondylarthrite ankylosante. https://bechterew.ch/app/uploads/morbus_bechterew_sport.pdf Consulté le 06/04/2020
  2. Meason OJ et al. Mental health and physical activity interventions: A review of the qualitative literature. Journal of Mental Health, June 2012; 21(3): 274–284
  3. Millner JR et al. Exercise for ankylosing spondylitis: An evidence-based consensus statement. Seminars in Arthritis and Rheumatism 2016; 45:411–427

PARTAGER CET ARTICLE