Icone retour accueil
DOSSIER : Quotidien

Activité physique et polyarthrite rhumatoïde

Les bienfaits de l’activité physique

Certes, il est recommandé à tout le monde de pratiquer une activité physique régulièrement ; mais cela devient essentiel quand on est atteint de polyarthrite rhumatoïde.

Une activité sportive permet de soulager les douleurs et raideurs, de renforcer votre tonus musculaire, d’améliorer votre posture et de réduire le stress. Cela vous aidera également à maintenir un poids normal et à réduire les risques de maladie cardiaque. Enfin, l’activité physique est également un moyen efficace de retrouver confiance en soi, d’être plus positif.

Toutefois, avant de commencer toute activité physique régulière, consultez votre médecin : vous pourrez ainsi être sûr(e) qu’elle est bien adaptée à votre cas et qu’elle vous sera bénéfique. Si vous optez pour la salle de sport, évoquez votre polyarthrite rhumatoïde (et en quoi elle vous affecte) avec votre coach.

C’est bon pour le moral !

Pratiquer une activité physique réduit le stress, vous aide à mieux affronter les multiples pressions qu’impliquent une polyarthrite rhumatoïde, améliore votre qualité de vie et dynamise votre propre estime. Le bon air sera des plus bénéfiques pour soulager votre stress. Pourquoi ne pas vous promener tous les jours dans le parc de votre quartier ? Si vous préférez rester près de votre domicile, vous pouvez vous adonner au jardinage ou, si vous n’avez pas de jardin, tenter les consoles de jeux dotées d’une planche fitness.

Les activités physiques idéales en cas de polyarthrite rhumatoïde

Certaines activités physiques ayant de forts impacts sur vos articulations, comme la course à pied ou le tennis, peuvent être néfastes pour vous et engendrer des douleurs. Mieux vaut donc les rayer de votre liste ! Préférez-leur des activités à faible impact, qui font travailler vos articulations tout en douceur. La non-douleur doit être au cœur de vos priorités. En cela, la natation est l’activité reine : l’eau soutient votre corps mais crée de la résistance, ce qui permet de vous muscler sans le ressentir. En y mettant un peu d’énergie, vous développerez même vos capacités pulmonaires et cardiaques. Vous êtes mauvais nageur ? Il n’est pas trop tard pour vous y mettre ! De nombreux centres sportifs proposent des cours pour adultes, renseignez-vous et regardez également les cours d’aquagym. Il existe aussi d’autres activités propices à vos articulations, notamment le vélo, le yoga ou la marche.

Des étirements pour soulager les raideurs

Souvent, chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, les ligaments et tendons qui entourent l’articulation peuvent devenir rigides et inconfortables. Mais surtout provoquer des douleurs et des raideurs. Les étirements peuvent les soulager en augmentant votre amplitude de mouvement, souvent restreinte dans les activités quotidiennes.

Place aux étirements au saut du lit pour soulager les raideurs matinales ! Quelques mouvements simples feront l’affaire : levez les bras ou pliez les doigts aussi vite que possible jusqu’à ce que vous sentiez vos muscles se tendre, et maintenez l’étirement pendant environ 10 secondes avant de le répéter 5 à 10 fois. Vous pouvez également participer à des cours de yoga ou de tai-chi, activités parfaites pour étirer votre corps.

2 heures d’activité physique par semaine

Dans l’idéal, il est recommandé de pratiquer une activité physique modérée pendant au moins 2h, chaque semaine. L’activité en question pouvant être de la danse, de la marche, voire du jardinage ou du ménage. Cela peut sembler irréalisable si vous souffrez ou si vous avez des raideurs : il est donc particulièrement important de trouver un équilibre entre activité et repos, surtout quand la forme est au plus bas pendant les poussées de votre polyarthrite rhumatoïde. La douleur pendant vos activités physiques pourrait vous démotiver : sachez écouter votre corps !

La clef du succès réside dans la connaissance de vos limites et la non-douleur : vous pouvez fractionner les deux heures de sport recommandées en plusieurs sessions, pour que cela s’intègre plus aisément dans votre quotidien et que cela soit moins contraignant pour vous. Enfin, le plus important est de savoir admettre que certains jours, vos capacités physiques seront moindres. Ne dépassez pas vos limites, vous en souffririez inutilement. De même, sachez connaître le moment le plus opportun de la journée pour faire du sport. Si quelques douleurs minimes se font ressentir, ne vous inquiétez pas ; c’est normal, ce ne sont que les muscles qui travaillent et la douleur s’estompera après votre séance. Cependant, si ces douleurs sont intenses, cessez vos exercices et reposez-vous.

PARTAGER CET ARTICLE