Icone retour accueil
DOSSIER : Prise en charge de la maladie de Parkinson

Traitements de 2nde ligne de la maladie de Parkinson

Lorsque l’adaptation du traitement oral de la maladie de Parkinson ne suffit plus, des traitements de seconde ligne peuvent être proposés si le médecin le juge adapté.1

Il existe deux grandes catégories de traitements de seconde ligne :

  • Le traitement par stimulation cérébrale profonde ;
  • Les traitements utilisant des pompes pour administrer des substances actives en continu.

En fonction de la place du traitement dans la stratégie thérapeutique et après discussion avec le patient, le médecin pourra adresser son patient à une structure hospitalière habilitée à initier l’un de ces traitements.

Traitement par Stimulation Cérébrale Profonde

La Stimulation Cérébrale Profonde (SCP) ou neurostimulation utilise un dispositif médical implanté dans le cerveau par voie chirurgicale pour stimuler les parties du système nerveux impliquées dans le contrôle des mouvements.

Les traitements par pompe

Ces techniques reposent sur le caractère continu de l’administration du traitement qui permet de réduire les variations de concentration du médicament classiquement observées avec les médicaments administrés sous forme orale pour des formes avancées de la maladie de Parkinson.2

En pratique l’administration peut se faire :

  • À l’aide d’un dispositif en sous-cutané, c’est-à-dire sous la peau ;
  • Ou à l’aide d’un dispositif directement relié au tube digestif.

Références

  1. HAS. Guide du parcours de soins Maladie de Parkinson. Septembre 2016
  2. Stocchi F, Tagliati M, Olanow C. Treatment of levodopa-induced motor complications. Movement Disorders. 2008;23(S3):S599-S612.

FR-NEUR-200011-06/2020

PARTAGER CET ARTICLE