Icone retour accueil
DOSSIER : Traitement par anti-TNF alpha

Avant la 1ère prescription

Les traitements par anti-TNFα sont utilisés lorsque les traitements médicaux dits conventionnels ne sont pas ou plus efficaces ou sont mal tolérés. Découvrez dans cet article les informations à connaitre avant l’initiation d’un traitement par anti-TNF alpha.

Quels examens réaliser avant un traitement anti-TNFα ?

Avant de vous prescrire un traitement anti-TNFα, votre médecin spécialiste vous demandera de réaliser un certain nombre d’examens et de répondre à certaines questions, afin de faire un point sur d’éventuelles situations dans lesquelles ce traitement serait contre-indiqué (liste non exhaustive) :

  • Une IDR (Intra-Dermo-Réaction) à la tuberculine et une radiographie des poumons : pour rechercher un contact antérieur avec la tuberculose ou une tuberculose latente ;
  • Un bilan sanguin et une sérologie des hépatites B et C, et avec votre accord, une sérologie VIH… ;
  • Une recherche de foyers infectieux sera réalisée systématiquement ;
    • Une recherche d’une infection dentaire ou d’une infection cutanée en fonction de vos antécédents ou de l’examen clinique.
    • Une consultation ORL* (Oto-rhino-laryngologie) peut également être demandée pour la recherche de foyers infectieux.(1)
    • Une recherche d’une pathologie démyélinisante

A lire aussi : anti-TNF alpha et points de vigilance

Les précautions à prendre avec les anti-TNFα

Certaines précautions pourront également être prises par votre médecin avant la mise sous traitement :

  • Bénéficier pour les femmes d’une contraception efficace lorsqu’elles sont en âge de procréer ;(2)
  • Certains vaccins pourront être réalisés si votre mode de vie l’impose (voyages, jeunes enfants…). Avant une mise sous anti-TNFα, il est impératif d’être à jour dans vos vaccinations.

Le vaccin annuel contre la grippe (vaccin injectable) et le vaccin anti-pneumococcique sont recommandés (à voir avec votre médecin).(3)

Votre médecin pourra ainsi, si nécessaire, traiter les éventuelles infections et décaler votre traitement si vous présentez une contre-indication temporaire.

A lire aussi : Précautions sous traitement anti-TNF alpha

Traitement par anti-TNFα et grossesse

Si vous êtes une femme et désirez concevoir un enfant, vous devez en discuter préalablement avec votre médecin.

Quels vaccins avant une mise sous anti-TNFα ?

Attention : avant d’initier un traitement par anti-TNF, il est impératif d’être à jour dans vos vaccinations.

Si votre situation ou votre mode de vie l’exige (voyages, jeunes enfants, travail), votre médecin traitant ou votre spécialiste pourra vous proposer de réaliser certains vaccins avant la mise en route du traitement par anti-TNFα. En effet, certains vaccins dits vivants ne doivent pas être effectués pendant ce traitement.(3)

Les vaccins vivants atténués qui sont contre-indiqués au cours du traitement par anti-TNFα sont les suivants :

  • BCG,
  • ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole),
  • varicelle,
  • fièvre jaune,
  • vaccin poliomyélite oral,(3)
  • rotavirus,
  • dengue,
  • fièvre jaune,
  • grippe (vaccin nasal),
  • zona.(8)

Les vaccins qui sont autorisés pendant le traitement anti-TNFα sont :

  • grippe (injectable),
  • hépatites A et B,
  • vaccin HPV (contre les infections à papillomavirus humains)
  • pentacoq (vaccins contre les diphtérie, tétanos, poliomyélite par voie injectable(3), coqueluche, Hæmophilus influenzae b (associés– chez l’enfant),
  • vaccin quadrivalent DTpolio coqueluche acellulaire (chez l’adulte),
  • vaccin contre les infections invasives à méningocoques, pneumocoque, fièvre typhoïde et polio par voie injectable.(3)

Le vaccin annuel contre la grippe (vaccin injectable) et le vaccin anti-pneumococcique sont recommandés (à voir avec votre médecin).(3)

Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter :

Qui, (en dehors de l’équipe soignante, ) peut répondre à vos questions ?

Vous n’êtes pas la seul personne atteinte d’une maladie inflammatoire chronique (polyarthrite rhumatoïde, spondyloarthrite axiale, rhumatisme psoriasique, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, maladie de Verneuil, Psoriasis, uvéites…). Les malades se regroupent parfois en association autour de leur maladie. Ces associations de patients peuvent être d’une grande aide face à certaines questions que vous vous posez.(5)

Leurs rôles sont généralement d’accompagner les malades avant et pendant leur traitement, d’organiser des rencontres entre malades pour rompre l’isolement, d’informer sur la maladie et les traitements, de soutenir et rassurer les malades et leurs proches grâce à une permanence téléphonique.

Mais, cela ne dispense pas d’une consultation médicale spécialisée.

Quelles sont les modalités de prescription d’un anti-TNFα ?

La prescription initiale d’un traitement par anti-TNFα, doit être effectuée par un spécialiste habilité dans un centre hospitalier (hôpital ou clinique).

Le renouvellement de votre traitement peut être fait par un médecin spécialiste de ville habilité.

Comme vos médecins spécialistes, votre médecin généraliste joue un rôle fondamental dans la surveillance de votre traitement. Cependant, il ne peut prescrire, ni renouveler votre traitement.

Le traitement anti-TNFα par voie intraveineuse ne peut être administré au patient qu’à l’hôpital.

Les anti-TNF sont des « médicaments d’exception » (statut administratif), ils doivent être prescrits sur une ordonnance spécifique.

Quels professionnels de santé vous accompagneront pour votre traitement anti-TNF ?

Votre prise en charge thérapeutique nécessite une collaboration entre plusieurs professionnels de santé.

Le spécialiste hospitalier (à l’hôpital ou en clinique).

C’est lui qui initie le traitement par anti-TNFα et assure avec votre spécialiste libéral le suivi de votre maladie.

Les anti-TNFα peuvent être prescrits par les médecins spécialistes suivants : rhumatologue, gastro-entérologue, chirurgien digestif, dermatologue, pédiatre, spécialiste en médecine interne ou ophtalmologue (en fonction de votre pathologie).

Le spécialiste libéral (exerçant en cabinet)

Selon l’affection dont vous souffrez, votre spécialiste libéral peut être rhumatologue, gastro-entérologue, dermatologue, pédiatre ou ophtalmologue.

C’est lui qui prend la décision de vous envoyer consulter le praticien hospitalier. Il va vous aider à gérer votre traitement anti-TNFα.

Il sera le partenaire de votre praticien hospitalier pour gérer les effets indésirables et discuter d’un éventuel changement de traitement : posologie, fréquence des injections. Dans le cas d’un traitement en ambulatoire, il pourra renouveler votre traitement suite à la prescription initiale de votre praticien hospitalier.

Votre médecin généraliste

Votre médecin généraliste joue un rôle important car il est souvent le premier médecin consulté en cas de problème lié à votre maladie ou à son traitement. A ce titre, il doit être informé des détails de votre traitement et pourra se mettre en relation avec votre spécialiste si besoin.

Votre pharmacien

Pour les anti-TNFα administrés en dehors de l’hôpital, c’est votre pharmacien habituel qui commandera votre traitement et vous le délivrera sur présentation d’une ordonnance appropriée. N’hésitez pas à faire appel à ses conseils. Il pourra aussi vous orienter vers le bon interlocuteur en cas de problème.

Votre infirmier(e)

Les rôles de l’infirmier(e) seront :

  • D’assurer le bon déroulement de vos injections intraveineuses (si vous êtes traité par un anti-TNFα administré par voie intraveineuse à l’hôpital) ou sous-cutanées (à domicile),
  • De vous apprendre les gestes de l’injection sous-cutanée si vous réalisez vous-même vos injections à domicile,
  • De vous rappeler les conseils donnés par votre médecin, de répondre à vos questions sur l’utilisation pratique de votre traitement, et d’alerter si besoin votre médecin généraliste ou spécialiste en cas d’événement pouvant être en rapport avec votre traitement anti-TNFα.

Votre diététicien(ne)

Spécialiste de la nutrition, le/la diététicien(ne) joue un rôle important dans l’apprentissage et le respect de l’hygiène alimentaire, notamment dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Son rôle est d’inciter la consommation de plats équilibrés (sans graisse et sucre superflus) tout en préservant le plaisir de manger.(6)

Dans quel cas un anti-TNFα ne peut être prescrit ?

Comme pour tous les médicaments, il existe des contre-indications aux anti-TNFα.

Ces contre-indications sont bien connues de votre médecin. N’hésitez pas à lui demander des renseignements.

Il peut s’agir de (contre-indications dépendantes du médicament prescrit par le médecin spécialiste) :

  • Allergie au principe actif du médicament ou à l’un de ses excipients.(4)
    Si vous présentez une gêne respiratoire, une respiration sifflante, des sensations vertigineuses ou un rash cutané, consultez immédiatement votre médecin.
  • Infection grave, comme notamment la tuberculose ou une infection sanguine grave appelée septicémie.
    Il est important de signaler à votre médecin si vous avez des signes d’infection, par exemple : de la fièvre, une toux, des plaies, une sensation de fatigue inhabituelle, une perte de poids, des problèmes dentaires…
  • Insuffisance cardiaque modérée à sévère.
    Il est important d’informer votre médecin si vous avez eu des problèmes cardiaques.

Quelles précautions avec un traitement anti-TNF ?

Des précautions particulières devront être prises en cas de (liste non-exhaustive et dépendante du traitement prescrit par le médecin spécialiste) :

  • Réactions ou manifestations allergiques,
  • Infections :
    – Hépatite B ou C, VIH,
    – Tuberculose : si vous avez déjà eu une tuberculose ou avez été en contact étroit avec quelqu’un qui a eu la tuberculose, il est important d’en informer votre spécialiste. Des recommandations ont été rédigées par l’ANSM (Agence National de sécurité du médicament et des produits de santé) afin de détailler la prise en charge de ce risque,(5)
    – Dans des situations à risque d’infection : en cas de chirurgie ou si vous avez des antécédents d’infections récidivantes ou si vous souffrez d’un diabète ou d’autres maladies augmentant le risque d’infection,
    – Infection de longue durée ou localisée (par exemple ulcère de jambe),
  • Maladie démyélinisante du système nerveux (sclérose en plaques…),
  • Cancer, antécédent de cancer ou chez les personnes souffrant d’une maladie pulmonaire appelée Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) ou chez les gros fumeurs car de très rares cas de certaines sortes de cancer ont été signalés,
  • Troubles sanguins (anomalies des cellules sanguines),
  • Insuffisance cardiaque légère (souffle court, gonflement des pieds),
  • Intervention chirurgicale ou dentaire,
  • Vaccination : si vous avez été récemment vacciné ou avez prévu de vous vacciner, parlez-en à votre médecin,
  • Grossesse, désir de grossesse ou allaitement en cours, parlez-en à votre médecin,
  • Atteinte hépato-biliaire.

Quels sont les risques associés au traitement anti-TNF ?

L’administration d’un traitement, quel qu’il soit, peut avoir sur l’organisme des effets bénéfiques (effets recherchés) ou indésirables.

Prévenir les risques et effets indésirables d’un médicament, c’est avant tout les connaître et les reconnaître.(4)(7)

Retrouvez-en dans le tableau ci-dessous (liste non-exhaustive) :

Type

Effet indésirable

Infections et infestations

  • Infection des voies respiratoires hautes : Nasopharyngite, pharyngite, laryngite, rhinite, sinusite.
  • Infections bactériennes : Cellulite, Abcès,
  • Infections des voies respiratoires basses : Pneumonie, bronchite, pneumonie, dyspnée, aggravation de la toux.
  • Infections virales : Grippe, herpès, infections fongiques superficielles, zona, papillomavirus, influenza virus

Affections hématologiques et du système lymphatique

Anémie, troubles des éosinophiles, leucopénie, neutropénie, lymphopénie, lymphadénopathie

Affections gastro-intestinales

Réaction allergique : bronchospasme, hypersensibilité, urticaire, auto-anticorps positif

Affection du système nerveux

Vertiges, céphalée, paresthésie, hypoesthésie, tremblements

Affections gastro-intestinales

Douleurs gastro-intestinales, nausée

Dyspepsie, nausées, troubles inflammatoires (gastrite et colite), hémorragies gastro-intestinales, stomatite, nausées, reflux gastro-oesophagien, constipation, diarrhée.

Affections vasculaires

Hypertension, hypotension, ecchymoses, bouffées de chaleur, bouffées vasomotrices

Affections hépatobiliaires

Augmentation de l’alanine aminotransférase, augmentation de l’aspartate aminotransférase, hépatite

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Prurit, rash, alopécie, dermatite, éruption, apparition nouvelle ou aggravation de psoriasis, y compris atteinte pustuleuse de psoriasis, urticaire, hypersudation, sécheresse cutanée, dermatite fongique, onychomycose, séborrhée, rosacée, herpès.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Érythème, urticaire, douleur, douleur thoracique, fatigue, fièvre, œdème, frissons, démangeaisons, gonflements.

Pour plus d’information, lire attentivement la notice jointe au médicament.

Pour en savoir plus, consultez notre brochure :

Sources :

  1. Fiche du CRI, « Bilan pré-thérapeutique », Janvier 2014.
  2. Fiche du CRI, « Conduites à tenir en cas de grossesse », Décembre 2010.
  3. Fiche du CRI, « Conduites à tenir en cas de vaccination », Janvier 2014.
  4. Résumés Caractéristiques des produits (RCP)
  5. HAS. Guide affection de longue durée, « La prise en charge de votre rectocolite hémorragique ». Octobre 2008.
  6. HAS. Guide affection de longue durée, « La prise en charge de votre Maladie de Crohn ». Octobre 2008.
  7. Notices traitements anti-TNFα.
  8. Vaccination Info Service https://professionnels.vaccination-info-service.fr/Aspects-scientifiques/Compositions-des-vaccins/Vaccins-vivants-attenues (consulté le 15/11/2019).

PARTAGER CET ARTICLE