Icone retour accueil
DOSSIER : Adolescents

Je ne veux plus être malade !

Ras le bol de la maladie

Évidemment ce n’est pas tout à fait vrai, mais soyons clairs : il peut arriver un moment où l’on n’a plus envie de parler ou d’entendre parler de la maladie. Même, ou surtout, avec les parents !

Ce n’est pas de l’ingratitude, on sait bien ce qu’on leur doit, on sait que ce n’est pas facile pour eux non plus… Mais il y a plein de questions qu’on n’a pas envie d’aborder avec eux ou devant eux, des sujets dont un ado n’a pas trop envie de discuter avec ses parents.

Devenir adulte

Avoir cette maladie ça ne rend pas plus facile d’avouer qu’on a commencé à fumer ou à boire de l’alcool, ni de parler de sexualité. En même temps, on sait bien qu’il ne faut pas rester seul dans son coin ou devant son écran. On ne veut pas trop en parler, mais bien sûr on y pense, alors oui, ça fait du bien lorsque le médecin nous reçoit en tête à tête.

Il faut qu’on ait vraiment confiance, mais avec lui on commence à se sentir adulte, on peut parler autrement, beaucoup mieux. Du coup on l’écoute mieux aussi. En fait, les parents le comprennent, ils savent que cette « transition » des soins de l’enfant vers l’adulte est importante. Ça peut leur faire un peu mal, mais ils savent bien qu’on n’y peut rien : lorsque l’enfant grandit il doit devenir autonome et eux ils doivent se faire plus discrets. Ce n’est pas qu’on s’aime moins, c’est peut-être même le contraire.

Voici une vidéo à faire visionner aux parents : Le rejet de la maladie à l’adolescence

PARTAGER CET ARTICLE